Votre recherche


1J Documents isolés entrés par voie extraordinaire (cotes 1J801-900)

Famille Pône, de Malbuisson

    Cote 1J801 1904-1945

     

    Description physique :
    Importance matérielle : 0,10 m.l.

    Biographie ou Histoire
    Avant la Première guerre mondiale, Ulysse (1843-1922), cultivateur, et sa femme Léonie Pône (1843-1909 ?) vivent à Malbuisson, au lieu-dit "sur la Côte" puis s'installent au village. Ils ont quatre enfants : Thérèse, Céline, Clotilde et François. Thérèse se marie avec Louis Galliot, cultivateur et vit à Jougne, elle a trois enfants, dont l'aînée s'appelle Odette. Céline épouse Henri Barthelet, qui tient une scierie à Malbuisson. Clotilde (1885-1942 ?) épouse Stéphane Pône, cultivateur, en 1918 ; ils ont une fille, Jeanne. Ils vivent avec le père de Clotilde, dans sa maison du village de Malbuisson, jusqu'à sa mort en 1922. Son fils, François Pône (1888-19 ?), qui ne souhaite pas continuer dans la culture, devance l'appel et débute son service militaire en 1908. Pendant de nombreuses années, il échange une correspondance régulière avec son père et sa soeur Clotilde.
    François Pône :
    Militaire de carrière dans l'artillerie, il est brigadier à Oran, de 1909 à 1911, puis maréchal des logis à Philippeville, de 1912 à mai 1913. A la fin de son rengagement, il reste en Algérie et trouve une place de surveillant dans un grand domaine vers Bône (actuellement Annaba), avec le projet de partir en Inde ou en Chine comme agent de police administrative. Après quelques mois, il rentre en France et se ré-engage pour un an : il est alors affecté au 8ème régiment d'artillerie à Epinal. La guerre survient, il part au front. En mars 1918, il part pour le front d'Orient, en Bulgarie et en Roumanie. Il rentre en France en octobre 1919. Il s'engage à nouveau et repart cette fois pour le Maroc, à Boudnib. Il quitte l'Armée en 1923. A partir de 1924, il travaille pour la Compagnie des phosphates de Gafsa à Metlaoui en Tunisie, puis au Maroc à Kourigba, nouvelle cité minière, où il occupe un poste de surveillant au séchage du phosphate. Il est sous contrat pour 5 ans à l'Office chérifien des Phosphates. Il souhaite se marier avec une jeune fille rencontrée au début de la guerre à Badménil, près de Baccarat, mais ce projet n'aboutit pas. Il reste finalement jusqu'à la fin de l'été 1931 au Maroc. Pendant plusieurs années, il projette en effet de rentrer à Malbuisson et de reconstruire, avec sa soeur Clotilde, la maison en mauvais état, de leurs parents, dont ils ont hérité.
    Clotilde Pône continue en effet d'habiter dans la maison familialle, avec son mari et sa fille Jeanne. Elle y accueille tous les ans des touristes qui viennent, à la belle saison, se reposer au bord du lac. Elle décède en 1942. C'est sa nièce, la fille de Céline Pône, Renée Barthelet, institutrice qui en hérite et qui y passe sa retraite jusqu'à sa mort en 2006.

    Histoire de la conservation
    L'ensemble de ces documents a été retrouvé en 2006 dans le grenier de la maison de la famille Pône à Malbuisson, dont a hérité une des filles de Céline Pône, Renée Barthelet.

    Modalités d'entrée
    Entré par don en 2006.

    Documents en relation
    Archives nationales (Fontainebleau) : dossier de Légion d'honneur de François Pône : 19800035/981/13621 (non communicable avant 2021). Consulter la base Léonore sur internet.


    Lien permanent : http://recherche-archives.doubs.fr/ark:/25993/a011439549190SDibQt
  • Différents membres de la famille Pône
  • François Pône